L'auto-édition : avantage et limites

Dernièrement, j'ai vu un reportage très intéressant dont je vous mets la vidéo ci-après. Je l'ai trouvé extrêmement intéressant et tout à fait réaliste. Il y conte l'histoire de quatre personnes qui ont commencé par l'auto-édition. Il y a une française, dont j'ai eu envie de lire le roman, mais j'ai renoncé au vu des critiques souvent très mauvaises. Mais bon... Il y a aussi une américaine qui a vendu jusqu'à 40 000 romans par mois par l'auto-édition. C'est particulièrement impressionnant et ça fait rêver.

Moi aussi je m'auto-édite depuis près d'un an, et je dois avouer que j'en suis ravie. Bien entendu on vend moins en quantité. Mais au moins, je ne suis pas obligée de supplier mon ancien éditeur de bien vouloir me payer les droits d'auteur de "un mensonge pour être aimée", roman pour lequel, je n'ai, à ce jour, toujours pas touché mes droits d'auteur. Ni pour 2012, ni pour 2013. Ceux-ci sont tellement dérisoires que de toute façon, je ne ferai appel à aucun recours légal. Il le sait et il en joue. Donc, pas correct et de quoi vous guérir de bosser pour un éditeur. J'ai depuis refusé deux propositions, parce que je sais pertinemment que la seule chose qui les intéresse, c'est le succès d'apprends-moi. 

L'auto-édition a beaucoup d'avantages, comme ne pas avoir à partir à la chasse à l'éditeur, ne pas attendre en consultant  sa boîte mail toutes les dix minutes, des jours durant, un message qui ne viendra de toute façon jamais, ne pas être tenu à un nombre de caractères maximum qui vous oblige à couper des scènes à tout va... Bref, vous êtes parfaitement libre de faire ce que vous voulez, quand vous voulez et comme vous voulez.

Le hic, parce qu'il y en a un inévitablement un, voire plusieurs. Tout d'abord, il faut tout faire soi-même : les corrections qui sont souvent longues et fastidieuses, la mise en page, la transformation en ebook, les couvertures pour lesquelles des connaissances de photoshop sont très utiles. Tout cela prend beaucoup de temps, souvent au détriment de l'écriture. Ensuite, l'auto-édition a ses limites. Les deux principales que je note, sont la diffusion des versions papier qui ne peuvent être faites que sur un site que vous devez gérer et sur Amazon. Donc, exit les séances de dédicaces, les participations à d'éventuels salons sur les stands des éditeurs et donc la rencontre avec les lecteurs. Et puis, le plus gros souci est le manque de visibilité. Il faudrait à l'auteur auto-édité un budget marketing colossal pour se faire connaître. Comme il n'en a pas les moyens, c'est compliqué pour lui de se faire connaître. En cela, il est évident que les maisons d'éditions qui ont leurs réseaux sont bien plus en avance.

Bref, du bon, du moins bon, pour une possibilité qui tend à se démocratiser et qui permet à des auteurs inconnus de faire lire leurs écrits. Et ça c'est sans doute le grand point positif de la chose...

Voici la vidéo en question, et bonne journée.

blog